Barèmes et montants de votre indemnisation suite à une agression physique

Il n’existe pas de barème officiel d’indemnisation de l’agression ou de barème type, tous les barèmes sont à titre indicatif et reflètent la tendance des tribunaux. Les assurances qui couvrent les agressions indemnisent en fonction du contrat souscrit par l’assuré.

Les avocats et les juges se réfèrent généralement au barème d’indemnisation du référentiel Dintilhac pour demander réparation. Le barème d’indemnisation Dintilhac permet d’évaluer la totalité du préjudice, une liste de postes permet de n’en négliger aucun. La victime d’une agression sera indemnisée pour son préjudice corporel mais aussi pour les autres conséquences de l’accident comme la perte de revenus et dans ce cas, pour une indemnisation relevant du droit commun, il faudra fournir les justificatifs et non consulter un barème pour calculer l’indemnisation de ce poste de préjudice.

Les préjudices de l’agression ouvrant des dommages et intérêts

Les types de préjudices indemnisables sont classés en catégories distinctes. La victime de dommages corporels sera indemnisée pour les préjudices patrimoniaux et extra-patrimoniaux, avant et après consolidation. Avant consolidation, les préjudices patrimoniaux et extra patrimoniaux seront évalués et indemnisés sous forme de provisions.

La victime d’agression indemnisée par son contrat d’assurance GAV sera indemnisée selon les conditions générales et particulières du contrat, il lui faudra fournir les justificatifs concernant la procédure judiciaire en plus des documents médicaux. Comme le cycliste ou le piéton victime d’accident qui passe au tribunal, il sera indemnisé suite à la décision du tribunal. Si l’auteur de l’agression n’est pas solvable, il faudra saisir la Civi ou le Sarvi.

Les proches de la victime d’agression seront indemnisés pour le préjudice moral mais aussi pour les frais de tierce personne le cas échéant, des frais destinés à payer un professionnel ou un proche aidant la victime dans ses gestes de la vie quotidienne. Le préjudice corporel entraînant une invalidité permanente ou temporaire sera également pris en compte dans l’indemnisation pour compenser la perte de revenus ou la perte d’emploi suite à l’accident. La victime de graves séquelles nécessitant l’achat de matériel ou d’un véhicule adapté devra être indemnisée pour tous ces frais.

 

Les barèmes et montants d’indemnisation pour agression physique

Les barèmes d’indemnisation pour une agression diffèrent selon l’âge et la situation de la victime. Une personne qui perd son travail de façon permanente ou provisoire sera indemnisée pour la perte de revenus mais aussi la perte de chance dans son plan de carrière. Le montant du préjudice est ici évalué au cas par cas.
En ce qui concerne la souffrance endurée ou pretium doloris, le préjudice est chiffré sur une échelle de 1 à 7. On peut estimer le montant de l’indemnisation ainsi :

– 1/7 (faible), indemnisation de 0 à 1 500 euros
– 2/7, 1 500 à 3 000 euros
– 3/7, 3 000 à 6 000 euros
– 4/7, 6 000 à 10 000 euros
– 5/7, 10 000 à 22 000 euros
– 6/7, 22 000 à 35 000 euros
– 7/7 (très important), 35000 euros environ

Pour un préjudice esthétique provisoire léger (1/7), l’indemnisation s’élève à 1 500/3 000 euros contre 22 000 à 35 000 euros pour un même préjudice évalué important (6/7). Là aussi, l’âge et la profession (en contact ou pas avec le public) seront déterminants. Quant à l’indemnisation de l’AIPP ou du DFP (évaluation en pourcentage d’incapacité permanente partielle ou d’atteinte fonctionnelle du corps humain), on peut chiffrer un DFP de 15 à 20 % ainsi :

– 0 à 10 ans, 2 100 euros
– 21 à 30 ans, 1 840 euros
– 51 à 60 ans, 1 375 euros

Ces chiffres permettent d’avoir une idée de l’indemnisation mais chaque cas étant différent, c’est l’ensemble du préjudice et le profil de la victime qui seront pris en compte.

Obtenez la meilleure indemnisation si vous êtes victime d’un accident.

Etude gratuite et guide pour l’expertise médicale et l’évaluation des préjudices. Mise en relation avec des avocats spécialisés. Avances sur vos premiers frais. Honoraires aux résultats.

Explications du calcul des dommages et intérêts en cas d’agression

Le dommage corporel en cas d’agression est indemnisé après l’avis de l’expert désigné par le tribunal ou la Civi. Pour l’indemnisation par une GAV, l’indemnisation est calculée en fonction du contrat d’assurance.

La victime de dommages corporels peut être accompagnée de son avocat spécialisé dans le dommage corporel et d’un médecin conseil pour bien évaluer tous les préjudices et les séquelles définitives ou provisoires.

L’indemnisation se fait à la suite du rapport du médecin conseil basé sur le référentiel Dintilhac. Ce référentiel permet de ne négliger aucun poste du préjudice subi par la victime et sa famille. Il permet d’évaluer la souffrance endurée, les séquelles, les conséquences financières et familiales, les conséquences professionnelles.

Les experts évaluent aussi les besoins de la victime en raison de son handicap pour pouvoir continuer à vivre le plus normalement possible et à travailler. Pour les travailleurs indépendants victimes de séquelles invalidantes, l’indemnisation permettra de compenser les frais liés à l’arrêt temporaire ou définitif de leur activité.

Le calcul de l’indemnisation se fait donc poste par poste, on étudie les préjudices physiques et financiers, les besoins d’une tierce personne, de matériel adapté ou d’aménagement du lieu de vie. Si la victime est considérée responsable de l’agression, dans le cadre d’une bagarre par exemple, elle ne sera en principe pas indemnisée par la Civi.

 

Procédure de demande d’indemnisation pour agression physique

La victime d’une agression doit déclarer son sinistre à son assurance dans les 5 jours ouvrés. Il peut arriver de dépasser ce délai mais du moment que la déclaration d’accident se fait moins de 2 ans avant l’agression, la demande d’indemnisation par la Garantie Accidents de la Vie reste recevable.

Les détenteurs d’une Protection Juridique seront informés de leur droit au financement des frais juridiques et conseillés dans leurs démarches. Que ce soit pour l’assurance ou pour le tribunal suite à la plainte de la victime d’agression, il est demandé des justificatifs tels certificat médical, bulletin d’hospitalisation, arrêt de travail…

Les documents permettent au médecin expert de l’assurance ou au médecin légiste une première analyse sur pièces du dossier, avant les expertises suivantes si la victime garde des séquelles.

La victime ou ses proches pourront ainsi sous certaines conditions obtenir des provisions pour les frais médicaux, la perte de revenus et la tierce personne en fonction du contrat d’assurance. Il est en principe possible d’obtenir des provisions auprès de la Civi mais cela reste exceptionnel.

Si le parent d’une victime doit s’en occuper, voire réduire son activité professionnelle pour s’occuper de son proche, elle pourra obtenir des provisions si ce poste est indemnisé par une GAV forfaitaire ou si le contrat indemnise dans le cadre du droit commun. L’assurance aura également besoin du PV de police ou de la décision du tribunal.

La victime doit garder tous ses justificatifs pour l’expertise qui donnera lieu à l’indemnisation des postes de préjudices par la Civi ou la Gav le cas échéant.

 

Exemple de la procédure d’indemnisation suite à une agression

Mr B. a été agressé gratuitement dans la rue par des inconnus. Des badauds ont appelé les secours. Il a été transporté à l’hôpital par les pompiers. La police s’est rendue à son chevet pour enregistrer sa plainte et ouvrir une enquête. Malgré les témoins, on n’a pas retrouvé les agresseurs. Mr B. est perdu, il ignore si il a droit à une aide pour financer ses frais dus aux séquelles de l’agression. En appelant Indemnisation Préjudice, il a appris qu’il pouvait tout de même être a priori indemnisé par la Civi. Il faudra constituer un dossier avec les circonstances de l’agression indiquées sur le PV de police, les témoignages, certificats médicaux, mise en invalidité et perte de revenus pour demander une indemnisation.

Mme G., formatrice, a porté plainte suite à une agression devant chez elle. Son voisin auteur des coups est passé au tribunal et doit lui verser des dommages et intérêts. Madame veut saisir la Civi car le voisin incarcéré est insolvable. De plus, elle n’est pas consolidée et ses séquelles, notamment l’algodystrophie et la perte d’odorat, peuvent encore évoluer. Elle est toujours en arrêt de travail. C’est un avocat du réseau Indemnisation Préjudice, accompagné d’un médecin expert partenaire, qui vont accompagner Mme G. dans ses démarches pour la première expertise afin de mieux évaluer les séquelles avant consolidation et demander des provisions. Les provisions, et l’indemnisation après consolidation, permettront de couvrir sa perte de revenus mais aussi l’ensemble des postes de préjudice. Elle demandera le paiement de ses frais médicaux passés et futurs, d’aide-ménagère et une indemnisation pour le préjudice d’agrément puisqu’elle a dû arrêter ses activités sportives et associatives. Toutes les conséquences physiques, psychologiques et financières de cette sauvage agression seront évaluées par l’avocat spécialisé pour une juste indemnisation, avec la possibilité de rouvrir le dossier en cas d’aggravation imprévue.

 

Découvrir nos autres articles pour les victimes d’agressions :

Découvrez les dossiers d’indemnisations traités par Indemnisation Préjudice : Exemples de dossiers à la suite d’agressions



Faites analyser gratuitement votre dossier d’indemnisation d’accident

Remplissez les informations ci-dessous pour faire analyser votre dossier gratuitement par un expert





Nom (obligatoire)

Email (obligatoire)

Téléphone (obligatoire)

Type d'accident

Quelles sont les séquelles permanentes que vous conserverez suite à l'accident ? (obligatoire)