(précédent : 3. Victimes de brûlures)

.

Séquelles imputables à l’accident et indemnisation des préjudices

4. Traumatismes et fractures des bras et des jambes

Tout traumatisme aux membres supérieur ou inférieur génère souvent une incapacité de travail temporaire ainsi qu’une incapacité à se déplacer et à assurer les gestes habituels de la vie quotidienne.

4.1. Les blessures aux membres supérieurs

Indemnisation des fractures aux membres supérieurs - préjudice accidentLes blessures aux mains, aux poignets, aux coudes ou à l’épaule sont souvent handicapantes et provoquent des souffrances qui peuvent s’étendre dans le temps. Les mains étant composées de nombreux petits os, tendons et ligaments, la guérison totale de ce type de blessures peut être longue et laisser des douleurs et des incapacités permanentes à effectuer normalement certains mouvements. Des conclusions des experts médicaux dépendra votre indemnisation : des cas où il est fortement recommandé de se faire assister par un médecin expert de victimes et d’un expert juridique, aptes à faire valoir vos préjudices permanents auprès de la partie adverse. Il est très important de tenir un journal de bord des progrès, réalisés ou non, dans l’évolution de la récupération. L’agilité à se servir de ses membres est une des conditions d’une vie normale. Le manque d’amplitude pour lever un bras, par exemple, est un préjudice à faire indemniser. La perte de force, jusqu’à ne plus pouvoir soulever les mêmes poids qu’auparavant, est également un préjudice corporel qui implique réparation indemnitaire.

4.2. Le degré de gravité des fractures aux jambes

Selon le type de fracture dont vous souffrez, les postes d’indemnisation auxquels vous pouvez prétendre seront différents. La gravité et le temps de récupération ainsi que le temps d’hospitalisation et le nombre d’interventions que vous avez subi déterminent la hauteur des sommes qui vous seront versées en compensation. Il faut donc être très précis dans la description de vos blessures. La fracture fait partie des séquelles pouvant impliquer plusieurs opérations chirurgicales. Le préjudice Souffrances Endurées et tout les préjudices liés à l'activitité professionnels sont à indemniser.

  • Fracture simple ou fermée. On parle de fracture simple lorsque l’os cassé n’a endommagé que lui-même sans causer de blessures alentour, ni à la peau, ni aux muscles, ni aux organes. Leur gravité dépend de leurs particularités : transversale, oblique ou en spirale.
  • Fracture ouverte. Dans les fractures ouvertes, l’os brisé perce et déchire les tissus environnants. C’est une urgence chirurgicale qui donne souvent lieu à des complications vasculaires et nerveuses. La victime doit subir une ou plusieurs opérations de réduction des fractures, mais aussi de réparation des tissus et organes voisins.
  • Fractures complète et incomplète. Une fracture incomplète est une rupture qui n’a endommagé qu’une partie de l’os. Ce sont les enfants qui sont les plus touchés par ce type de blessure.
  • Fractures multiples. Ce type de fracture est très grave car l’os a été cassé en plusieurs morceaux. Elle nécessite souvent une ou plusieurs interventions chirurgicales. Les séquelles sont à considérer pour l’avenir car, en vieillissant, des aggravations voient souvent le jour, pouvant donner lieu à de nouvelles indemnités.
  • Fracture complexe. La fracture qui cause des dommages corporels dans les zones environnantes est considérée comme complexe. Une côte brisée peut avoir touché le poumon. Une fracture du genou peut endommager les ligaments.
  • Fracture d’écrasement. Généralement causée par une chute d’une hauteur élevée ou lors de la manipulation de machines, une fracture dite d’écrasement ou de compression a abimé les deux côtés de l’os.
  • Fêlure. Ces petites fractures qui courent le long de la longueur de l’os sont parfois difficiles à identifier sur des radios. Elles peuvent se remettre facilement, comme provoquer des séquelles à long terme, difficiles à éradiquer, d’autant plus si elles n’ont pas été soignées énergiquement dès le départ.

.

 Vous voulez en savoir plus ?
Recevez par email notre guide pour mieux comprendre l’évaluation de votre préjudice !
.
.

(suivant : 5. Séquelles visuelles après accident)